Théâtre

Le club théâtre du collège a participé à un concours…

L’Est Républicain du Mercredi 4 mai relate cet évènement

Theatre_ManchetteER_04mai

Théâtre

Des élèves de sept collèges et lycées du pays de Montbéliard étaient sur la scène du Jules Verne, hier, dans le cadre du projet culturel « 7 à Lire »

LE TRAVAIL préparatoire a consisté en une série d’interventions dans sept établissements scolaires du Pays de Montbéliard (1) – quatre par classe depuis janvier, à raison de trois heures par séance -, de la Compagnie de théâtre belfortaine Zocha (avec la comédienne Sophie Kordylas). Et elle a joliment porté ses fruits à en juger par l’unique représentation du spectacle, hier midi au centre socio-éducatif et culturel Jules Verne (Petite Hollande), et par la qualité du jeu des collégiens et des lycéens.

Pas simple pour des ados, fût-ce au milieu de ses camarades de classe, de se lancer sur scène, devant un large auditoire, pour déclamer un texte à haute et intelligible voix. Pour la plupart, cette expérience fut d’ailleurs une grande première. « Il a fallu travailler sur leur élocution. Porter sa voix, cela s’apprend », explique Fanny Résillot, documentaliste au collège de Seloncourt. « Il a aussi fallu effectuer tout un travail pour éliminer les gestes parasites ». La mémorisation du texte en a inquiété plus d’un. « Beaucoup pensaient ne pas en être capables ». À tort.

Le collège de Mandeure distingué

« 7 à Lire » est un projet culturel interétablissements du Pays de Montbéliard porté par les documentalistes de plusieurs établissements scolaires, dont Fanny Résillot, Rachel Prost (lycée de Valentigney) et Ingrid Farré (collège de Valentigney).

Le principe est simple : « Il s’agit de mettre en voix, et en espace, un texte », explique Fanny Résillot. Cette année (7e édition), quatre textes, sur le thème du sport, ont été retenus : « Je préfère qu’ils me croient mort », d’Ahmed Kalouaz (roman) ; « Ascension », de Shin’ichi Sakamoto (manga) ; « Carton jaune ! », d’Asaj Hanuka et Didier Daeninckx (bande dessinée) ; « La gazelle », d’Hubert Ben Kemoun (roman).

Libre à chaque classe d’en choisir un avant d’être placée devant une alternative : interpréter fidèlement un extrait du livre ou inventer une scène de toutes pièces, mais en respectant l’esprit du texte original, le tout en huit minutes maximum. Des décors minimalistes (quelques accessoires) accompagnés d’une bande-son : ce sont les collégiens de Seloncourt (au nombre d’une vingtaine) qui, tout de noir vêtus, ont ouvert le bal (« Je préfère qu’ils me croient mort ») avec un jeu de ping-pong verbal bien rythmé.

L’énergie sportive distillée par l’édition 2016 de « 7 à Lire » était vivifiante, pour le public, comme pour les élèves-comédiens eux-mêmes. « Faire du théâtre, ça permet de prendre confiance en soi », souligne Fanny Résillot. Cela n’est jamais inutile à un âge (l’adolescence) où l’on se pose beaucoup de questions sur soi, sur les autres, où l’on se construit, cahin-caha, une identité.

Ce rendez-vous culturel était aussi une compétition. Le jury, composé d’un directeur d’établissement, d’une chargée de projet culturel, d’un écrivain ou encore d’un comédien, a décerné son prix au collège de Mandeure (la photo ci-dessus).

(1) Lycées Cuvier, du Grand Chénois et des Huisselets à Montbéliard, lycée Armand Peugeot à Valentigney ; collèges Les Hautes Vignes de Seloncourt, Jean-Paul Guyot de Mandeure et Les Bruyères de Valentigney (il s’agissait de la toute première participation des collèges à cette manifestation).

Alexandre BOLLENGIER

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.